Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 16:16
Image de la Pourriture noire (black rot), maladie de la vigne.  Source http://ephytia.inra.fr/fr/C/6045/Vigne-Listes-des-maladies-ravageurs-et-vecteurs

Image de la Pourriture noire (black rot), maladie de la vigne. Source http://ephytia.inra.fr/fr/C/6045/Vigne-Listes-des-maladies-ravageurs-et-vecteurs

On connait de multiples maladies qui frappent la vigne depuis des siècles qu'elle est cultivée dans le monde et plus particulièrement sur nos territoires des Graves.

Une autre maladie, sournoise et monstreuse, aborde parfois les terres viticoles chères aux vrais vignerons attachès à leur terroir: les infrastructures terrestres que l'on qualifie parfois, souvent depuis quelques décennies, de Grands Projets Inutiles Imposés (GPII).

Autoroutes, aéroports, lignes ferroviaires à grande vitesse (LGV), urbanisation galopante...autant de projets qui saignent nos territoires viticoles, et dans ceux-ci, pas mal de vignobles classés en AOC.

C'est le danger que subissent aujourd'hui nos vignerons des Graves qui voient leur travail de la terre depuis des lustres mis en péril par la LGV Bordeaux-Toulouse du GPSO.

Le Figaro, sous la plume de Romy Ducoulombier, vient rappeler dans son édition du 21 janvier 2016, que plusieurs propriétés dans l'AOC Graves pourraient être dévastées dans les années à venir par ces LGV.

On peut prendre connaissance de cet excellent article par le lien ci-dessous.

Revenons quelque peu sur les termes de cet article.

Romy Ducoulombier nous apprend que plusieurs dizaines d'hectares de vignoble classé risquent de disparaître sans pouvoir être remplacés: on ne peut replanter un AOC n'importe où comme le pensent souvent les technocrates de SNCF réseau!

Mais si l'on plonge plus avant dans le dossier d'enquête publique de la LGV Bordeaux-Toulouse déposé par SNCF Réseau (ex RFF) fin 2014, on découvrira que, au delà de l'emprise finale de la plateforme LGV (plusieurs dizaines voire une centaine d'hectares), les réservations pour travaux annexes et  accés de chantier pourraient amputer des centaines d'hectares de terres viticoles (plantées ou non en AOC).

Au delà de zones travaux proprement dites les propriétaires interviewés par la journaliste du Figaro craingent à juste titre la mort de l'image du terroir des Graves, la défiguration des propriétés immobilières remarquables (châteaux et manoirs du XVIIIème),la destruction des zones naturelles remarquables à proximité, la remise en cause des projets d'eunotourisme, une pollution des terres, des perspectives économiques à jamais détruites...

Une atteinte irrémédiable pour un territoire d'exception porté jusqu'alors par toute une profession et vanté pour son image par les professionnels institutionnels (syndicat des Graves, CIVB...).

Le Sauternais n'est pas le seul sous l'épée de Damoclès du GPSO...

Le Président de la grande région APCL, Alain Rousset, se pose une nouvelle fois dans l'article de R. Ducoulombier comme le fossoyeur de nos territoires tout à sa vision monomaniaque d'une LGV néomoderniste gratifiée par lui de tous les mérites économiques et écologiques..!

Antiennes rabâchées en litanie par un grand élu qui se dit par ailleurs défenseur du monde viticole mais qui pourrait faire concurrence à Pinocchio.

Il est dit aussi dans les colonnes du Figaro que le CIVB attend une étude scientifique détaillée de la part de  SNCF Réseau pour démontrer l'inocuité de la LGV sur les AOC concernées.

Gageons qu'à son habitude le maître d'ouvrage de la LGV saura louvoyer dans le fatras pseudoscientifique d'études bienveillantes pour conclure à la neutralité de l'infratructure sur le territoire viticole : les cabinets d'études sont rarement "indépendants" car subventionnés par des institutionnels convertis aux projets de LGV ou rétribués par SNCF Réseau dans le cadre de contrats.

Wait and see...

Enfin quoiqu'en dise Bernard Farges "Notre but n’est pas de nous opposer au projet de LGV en lui-même" cette dernière constitue bien ici une nouvelle maladie mortelle pour le terroir AOC des Graves.

Pour nous la lutte ne doit pas cesser contre ces GPII: nous appelons au rassemblement de tous les acteurs: habitants, viticulteurs, élus locaux, associatifs... pour la défense de nos territoires.

Rejoignez-nous:

Association Landes Graves Viticulture Environnement en Arruan

2, avenue du 8 mai - 33650 - Saint Médard d'Eyrans

Tèl : 09 61 32 03 59

Mail : lgv.environnement.arruan@gmail.com 

Vue du Château Le Tuquet sur le tracé de la LGV

Vue du Château Le Tuquet sur le tracé de la LGV

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 03:50

Le dossier des LGV du GPSO rebondit d’articles en articles dans la presse depuis que les déclarations d’utilité publique (DUP) concernant les Aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux (AFSB) et au nord de Toulouse (AFNT) sont parues.

N’oublions pas aussi l’épée de Damoclès que constitue une possible DUP concernant les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, pour lesquelles le dossier vient d’être remis pour avis au Conseil d’Etat par le ministère des transports.

Les positions se cristallisent entre les quelques tenants obstinés des LGV, quelques grands élus fanatiques d’infrastructures technologiques imaginées dans les années 70-80 au cœur des Trente Glorieuses, et la multitude d’habitants, de citoyens, de contribuables et d’élus locaux attachés à leurs territoires et au service public ferroviaire du quotidien.

Philippe Brassié, correspondant du quotidien Sud-Ouest rapporte ce jeudi 21 janvier 2016 les propos de Daniel Constant, maire de Castres-Gironde à l’occasion de la cérémonie des vœux 2016.

LGV : raison versus obstination

Le premier magistrat, à l’image de nombreux maires de la Communauté de Communes de Montesquieu, fait part de ses inquiétudes quant à l’impact prévisible d’un tel projet en le qualifiant de «déni de démocratie puisque l’Etat s’entête à mener à bien un projet coûteux dont l’utilité est contesté ».

On se rappellera à l’occasion que les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax ont reçu un avis défavorable de la part de la Commission d’Enquête début 2015.

Face à ces propos dignes de raison on peut voir dans la même édition Sud-Ouest du 21 janvier un entrefilet qui nous informe que Renaud Lagrave accompagnera Alain Rousset à Bruxelles le 27 janvier pour quémander quelques subsides à l’Europe dans l’épineux et problématique dossier de financement du GPSO.

Quelle obstination, quelle obsession, s’attache à cette énième montée à Bruxelles du nouveau président de la région APCL alors que nous avons eu plusieurs fois confirmation que l’union européenne n’aura pas plusieurs milliards d’euros à mettre au pot pour ces infrastructures ferroviaires à grande vitesse dans le sud-ouest ?

Qu’ils se souviennent que l’UE, dans ses projets MIE[1] depuis 2013 déjà (voir article du blog LGVEA avec le lien ci-dessous), ne prévoit qu’une très faible contribution au financement du GPSO, principalement pour les études, et concernant l’investissement dans la construction de la LGV, pour les seules parties transfrontalières comme Dax- Vitoria.

 

[1] MIE : mécanisme pour l’interconnexion en Europe qui est rebaptisé connexion intra-européenne (Connecting Europe Facility - CEF)

La Région Aquitaine elle-même dans un document publié fin 2015 (cf. lien ci-dessous) reconnaissait qu’une petite partie des financements MIE pourraient être alloués, si les dossiers étaient acceptés par la commission à Bruxelles, à certaines études du GPSO et aux portions transfrontalières France-Espagne.

On peut y découvrir que les 26,2 milliards d’euros alloués au total pour les transports (tous modes confondus) sur la période 2014-2020 iront pour « Supprimer les goulets  d’étranglement, renforcer l’interopérabilité ferroviaire, établir les liaisons manquantes, en particulier les tronçons transfrontaliers ».

De plus, dans le cadre du réseau global RTE-T, l’UE entend apporter son aide sur des actions qui contribuent à « établir des liaisons manquantes, faciliter des flux de trafic transfrontaliers, supprimer les goulets d’étranglement ; développer le réseau central, interconnecter les corridors du réseau central ; déployer l’ERTMS sur les principaux corridors de fret ferroviaire ».

Dans ce qui est répertorié dans le « réseau central RTE-T » pour les transports on peut trouver le « corridor atlantique » qui « reprend la ligne à grande vitesse (LGV) Sud Europe Atlantique, le port et l'aéroport de Bordeaux ».

La LGV SEA, qui est censée regrouper Tours-Bordeaux et Bordeaux-Hendaye, n’est donc plus la seule à bénéficier des subsides européens.

Par ailleurs les appels à projets (pour l’octroi de subventions) doivent être déposés en son temps par les états demandeurs (France, Espagne…) et les taux de subvention maximums de l’UE pour le secteur transports s’établissent à :

  • Etudes < ou = 50%
  • Travaux                                                                      
    • Réseaux ferroviaires : <ou= 20%
    • Goulets d’étranglement :<ou = 30%
    • Tronçons transfrontaliers :<ou= 40%.

Le tableau présenté (p13) dans le document cité ci-dessus indique simplement un appel à projet pour les infrastructures de transport dans les nœuds du réseau central  (à priori études Bordeaux-Toulouse) de 50 millions d’euros.

Sur le site européen des projets ferroviaires subventionnés TEN-T pour la France (CEF Transports projets France https://ec.europa.eu/inea/en/connecting-europe-facility/cef-transport/projects-by-country/france ) on pourra s’apercevoir que les multiples projets 2014  ne concernent pas les LGV du GPSO mais plutôt des projets européens divers (fret, ports, trains…) avec l’Allemagne, l’Espagne, la Grande-Bretagne…).

 

En résumé peu d’espèces sonnantes et trébuchantes, via les budgets européens, dans l’escarcelle de Monsieur Rousset pourtant peu avare de déclarations fracassantes à ce sujet : l’Europe finance 1 milliards d’euros !

Mais la convention signée mercredi 28 octobre 2015 à Bordeaux ne donnait que 52 millions d’euros pour la poursuite des études post-DUP LGV du GPSO… (cf. http://rue89bordeaux.com/2015/10/lgv-autoroute-ferroviaire-etat-ne-laisse-pas-beton/ ).

Comme le notait le site Mobilicités.com le 30 juin 2015 les 13,1 milliards d’euros de fonds européens, si la somme semble attractive, devront toutefois se répartir sur 276 projets de transports !

Une poignée de sable dans une montagne de besoins.

Rappelons enfin que nous avions reçu en son temps confirmation des responsables européens (Dominique Riquet, député et Christina Ratcliff, DG Internal Policies) que seules les études du tronçon LGV Bordeaux-Toulouse étaient subventionnées par l’Europe (cf. http://ahp.li/58990e54835c243c24f0.pdf page 41).

Certains projets retenus par l’EU ne sont d’ailleurs pas prêts d’être avalisés par les régions concernées comme le montre la réticence des élus locaux au projets de ligne de fret ferroviaire Serqueux-Gisors (cf. http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/projet-de-fret-dans-le-val-d-oise-les-elus-claquent-la-porte-en-prefecture-14-01-2016-5451385.php#xtref=http%3A%2F%2Fwww.espacetrain.com%2Findex.php%3Fpage%3Dactu%2Factu%24mot%3Dfret ).

Alors Messieurs Rousset et Lagrave arrêtez d’agiter des hochets comme autant de mirages budgétaires coulant d’une corne d’abondance qui n’existe pas.

L’Europe agrège simplement des budgets venant de la contribution des états membres. Ces derniers sont de nos jours dans une tourmente économique et financière jamais vue. Après les années noires de 2007-2008 l’économie des pays de l’UE s’étiole avec des charges énormes (dette, déficit), des défis immenses (le chômage de masse, la menace terroriste), autant de gouffres financiers pour des économies exsangues.

Les sommes réservées aux MIE en France pour ce qui concerne le GPSO dans la récente diffusion de juillet 2015 des projets pour les transports (cf. lien ci-dessous) ne concernent donc que les études, et pour un plafond de 50 millions d’euros (fiche 2014-FR-TM-0463-S).

Comme aurait dit un ancien Président de la République la soit disant  baudruche miraculeuse des financements européens a fait « pschitt » !

Fermez le banc.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 17:13

Décidément le début d’année 2016 s’ouvre sur un feu d’artifice concernant les dossiers de LGV en France, et plus particulièrement du sud de la Loire jusqu’aux confins du Pays Basque.

Examinons les différentes annonces parues dans la presse ces temps-ci et commençons par les mots du président Hollande lors des vœux prononcés à Tulle le 16 janvier 2016.

C’est sur le site d’opposition à la LGV Poitiers-Limoges (http://limogespoitiers.com/ ) que l’on peut prendre connaissance des propos du Président qui persiste dans sa volonté, et son apparente allégeance aux pressions politiques locales (A. Rousset pour la nouvelle grande région APCL[1], les élus de tous bords pour le département de la Corrèze cher à F. Hollande mais aussi au couple Chirac…), d’engager prochainement les travaux de la LGV Poitiers-Limoges.

 

[1] APCL : région Aquitaine Poitou-Charentes Limousin

Or il faut savoir que ce projet a reçu l’aval du gouvernement par une DUP signée le 10 janvier 2015 alors que tous les Français étaient sous l’émotion des grandes manifestations pour Charlie Hebdo… et que des indices laissent à penser que le Conseil d’Etat lui-même aurait donné un avis négatif à ce projet.

Le Collectif Anti-LGV Limoges Poitiers et Pro POLLT rejoignait samedi 16 janvier à Bordeaux les associations et coordinations qui luttent contre les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII), et plus particulièrement contre les projets d’infrastructures ferroviaires à grande vitesse (LGV).

On comptait dans leurs rangs les forces associatives du Cher, de la Gironde, des Landes, du Lot et Garonne, du Tarn et Garonne, des Hautes-Pyrénées, des Pyrénées Atlantiques…toutes résolues à refuser les GPII.

C’est ainsi qu’elles convergeaient et s’unissaient dans la capitale régionale pour dénoncer ces projets et annoncer leur volonté de continuer la lutte et d’agir « pour le maintien et le développement d’une desserte équilibrée des territoires au service de tous » comme le rappelle le communiqué de presse émis à l’issue de leur réunion.

Communiqué du 18 janvier 2016

 

Riposte interrégionale des associations face à l'obstination du gouvernement à poursuivre le projet GPSO et les autres projets de LGV

 

Prenant en compte la mise en place des nouvelles régions, les coordinations associatives en lutte contre les projets GPSO (LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne), LGV Poitiers-Limoges et POCL (LGV Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon) se sont réunies à Bordeaux samedi 16 janvier 2016. Ces projets contraires à l'intérêt général sont imposés par les pouvoirs politiques et économiques au mépris de l'expression démocratique et au détriment de l'optimisation et de la modernisation du réseau ferroviaire existant.

Suite à cette rencontre, les associations sont plus que jamais déterminées à poursuivre leurs actions contre ces GPII (Grands projets Inutiles Imposés) : informations, mobilisations et recours juridiques et à agir pour le maintien et le développement d'une desserte équilibrée des territoires au service de tous.

 

 

Signataires : Sepanso, Coordination LGV Gironde, ACCRIL, Amis de la Terre 40, CADE (64), Coordination 47, Alternative LGV Midi-Pyrénées, Actival, Non au POCL, Collectif Anti-LGV PL et Pro POLLT

Les infrastructures ferroviaires à grande vitesse du GPSO notamment- projet rassemblant sous maîtrise d’ouvrage SNCF Réseau les aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux (AFSB) et au nord de Toulouse (AFNT) ainsi que les LGV entre Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax- étaient au cœur des débats.

Tirs croisés sur les LGV

Le GPSO cristallise d’ailleurs ces derniers jours les échanges vifs entre tenants des LGV (Etat, grands élus…) et défenseurs d’un aménagement profond et maîtrisé du réseau ferré existant.

Matthias Fekl, secrétaire d’Etat au tourisme, semblait être « la voix de son maître » en annonçant[1] à l’occasion des vœux de Pierre Camani, président du Conseil Départemental 47 : « La ligne à grande vitesse se fera. Les décisions sont prises et le grand Sud-Ouest ne peut rester à la traîne du pays ».

Source kicswila.com

Source kicswila.com

Doit-on comprendre que le gouvernement fait fi de l’avis négatif de la Commission d’Enquête et des milliers de contributions citoyennes refusant le GPSO ? Assiste-t-on ici à un nouvel déni de démocratie alors que le dossier GPSO vient juste d’être déposé dans les mains du Conseil d’Etat pour avis ?

Quel que soit l’avis de ce dernier verra-t-on nos oligarques passer outre et s’engager dans un projet inutile et dispendieux ?

Alors qu’Alain Vidalies persiste à pousser le dossier des LGV du GPSO malgré un avis négatif de la Commission d’Enquête fin 2014, les propos de Gilles Savary à l’occasion de l’AG extraordinaire de LGVEA (11 janvier 2016) irritent le nouveau vice-président chargé du tourisme et de l’aménagement du territoire et des transports à la région APCL, Renaud Lagrave. L’élu landais à la région devra s’attendre à une opposition sans faille des associations, lui qui dit vouloir continuer à « … défendre la LGV et la desserte du territoire par des TER à grande vitesse ». Que penser de tels propos décousus et en apesanteur quand on connaît les mirages de la LGV dans le soi-disant aménagement des territoires : nous pensons pour notre part que la LGV constitue plutôt un « déménagement » du territoire en ce qu’elle favorise la métropolisation au seul bénéfice de Bordeaux et de Toulouse. Enfin que peut-on attendre des « TER à grande vitesse » qui desserviraient la halte TRGV[1] de Captieux ? Pour quels usagers, avec quelles rames ?

Les Aquitains auront vite jugé le projet TRGV de SNCF Réseau comme un leurre chargé de faire gober au contribuable un GPSO à près de 10 milliards d’euros où l’on cherche vainement le premier euro de financement dans les caisses vides de l’Etat.

Pour nous seules des rames roulant à 200-220 km/h sur les voies existantes rénovées et modernisées peuvent réellement convenir aux transports quotidiens de la majorité des usagers.

Gilles Savary, expert reconnu dans le monde ferroviaire français et européen, pourrait donner quelques conseils à R. Lagrave sur l’expérience allemande en ce domaine…

 Soyez rassurés toutefois sur la motivation et la détermination de LGVEA et des élus locaux pour résister aux projets insensés du GPSO (AFSB+AFNT+LN).

Une nouvelle preuve en est donnée ces jours-ci à l’occasion de la cérémonie des vœux de la Communauté de Communes de Montesquieu.

Son président, Christian Tamarelle, et les maires de cette communauté, ont déjà donné l’assurance d’être à nos côtés dans les actions que nous avons engagées (cf. http://lgvea.over-blog.com/2016/01/tous-ensemble-pour-le-refus-du-gpso.html ).

C’est au tour du Conseiller Départemental du Canton de La Brède, Bernard Fath, d’appeler « à défendre ce territoire bec et ongles » contre le projet LGV.

 

[1] TRGV : train régional à grande vitesse

Tirs croisés sur les LGV

La lutte sera longue mais nous n’abandonnerons pas notre ambition, alliés aux élus locaux, d’un territoire préservé et d’une réelle rénovation des voies ferrées pour le bien des habitants et usagers au quotidien.

 

Votre soutien est plus que jamais nécessaire pour galvaniser les énergies.

 

Adhérez et faites adhérer à LGVEA

Association Landes Graves Viticulture Environnement en Arruan – L.G.V.E.A

2, avenue du 8 mai

33650 – Saint Médard d’Eyrans

Tél 09 61 32 03 59

Mail : lgv.environnement.arruan@gmail.com

Twitter @LGVEA33

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 16:22

Nous l’avons toujours dit et promu dès la fondation de notre association : la défense des territoires contre les agressions environnementales, la dégradation du milieu de vie, les Grands Projets Inutiles Imposés (GPII), et en premier lieu les LGV du GPSO[1] au sud de Bordeaux, passe par un front commun association/élus locaux.

Pour LGVEA de nombreux signes viennent conforter et confirmer que ce front commun se renforce depuis maintenant de longs mois.

 

Les délibérations des communes de la Communauté de Communes de Montesquieu tout au long des enquêtes d’utilité publique de fin 2014 sur le GPSO, les prises de positions de très nombreux élus locaux (maires, conseillers départementaux, député…) sont autant de preuves de la volonté commune qui nous anime face aux dangers pour notre cadre de vie et celui de nos enfants.

 

Il y a quelques jours encore c’est par la voix de Christian Tamarelle, maire de Saint Médard d’Eyrans, que tout le Conseil Municipal de cette commune entendait renouveler son soutien à LGVEA et s’inscrire dans la continuité de la lutte engagée ensemble depuis plusieurs années contre les dictats étatiques qui voudraient imposer le GPSO aux populations qui l’on rejeté à plusieurs reprises publiquement.

Que l’on se rappelle les nombreuses manifestations où élus et associatifs au coude à coude appelaient à résister aux Grands Projets Inutiles Imposés (GPII) dont l’emblématique GPSO.

 

[1] GPSO : Grand Projet du Sud-Ouest qui regroupe sous la maîtrise d’ouvrage de SNCF Réseau (ex RFF) les trois sous projets suivants :

  • AFSB – Aménagements Ferroviaires au Sud de Bordeaux entre Bordeaux et Saint Médard d’Eyrans
  • AFNT – Aménagements Ferroviaires au Nord de Toulouse entre Saint Jory et Toulouse
  • LN – Lignes Nouvelles à grande vitesse entre Saint Médard d’Eyrans et Saint Jory d’une part et Saint Médard d’Eyrans et Dax d’autre part.
Manifestation élus/associations Langon 11 décembre 2010

Manifestation élus/associations Langon 11 décembre 2010

L’édition locale de SUD-OUEST du 16 janvier 2016 vient à propos, sous la plume de Philippe Brassié, rapporter l’annonce de Christian Tamarelle à l’occasion de ses vœux de nouvelle année :

« … le maire a toutefois affirmé « la vigilance du Conseil Municipal sur le dossier de la LGV et sa désapprobation du projet en donnant un avis défavorable de mise en compatibilité du PLU[1] ».

On peut lire plus loin que Christian Tamarelle a décrit « un combat long et difficile mené avec la collaboration de l’association LGVEA » mais s’est dit « optimiste face à un financement incertain [NDLR- le financement des quelques 10 milliards d’euros du GPSO] dans un contexte économique morose ».

On peut prendre connaissance de l’article de P. Brassié ci-dessous.

 

[1] PLU : Plan Local d’Urbanisme

Voeux année 2016 Conseil Municipal Saint Médard d'Eyrans

Voeux année 2016 Conseil Municipal Saint Médard d'Eyrans

L’année 2016 sera pour nous cruciale dans les recours juridiques que nous engageons, avec d’autres associations, contre les DUP[1] qui sont publiées dernièrement par l’Etat. Le puissant soutien des élus locaux vient à propos nous conforter dans notre détermination à lutter avec tous les habitants pour la préservation des territoires et la qualité de vie sur ces derniers.

Que ceux qui aspirent à accompagner association et élus dans ce combat pour aujourd’hui et l’avenir nous rejoignent nombreux.

 

Association Landes Graves Viticulture Environnement en Arruan – LGVEA

2, avenue du 8 mai

33650 – Saint Médard d’Eyrans

Mail : lgv.environnement.arruan@gmail.com

Blog : http://lgvea.over-blog.com

 

[1] DPU : Déclarations d’Utilité Publique qui autorisent la poursuite des études APD (analyse préliminaire détaillée)  par SNCF Réseau puis les enquêtes parcellaires qui précèdent les expropriations puis le début de la construction du GPSO.

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 14:45

LGVEA organisait lundi 11 jnavier 2016 une Assemblée Générale Extraordinaire qui avait pour but principal d'expliquer aux adhérents les propositions de recours juridiques élaborées par son Conseil d'Administration et de donner toute information complémentaire sur ce dossier.

Devant une assistance très nombreuse où, en plus des adhérents, on pouvait compter de nombreux élus des communes de la Communauté de Communes de Montesquieu et son président, la Conseillère Départementale du canton, le Député de la circonscription... le Conseil d'administration de LGVEA a présenté les principales composantes du dossier de recours qu'il entend opposer au maître d'ouvrage du GPSO, SNCF Réseau (ex RFF).

Vous pourrez consulter la présentation de LGVEA à cette AG par le lien ci-dessous.

Cette Assemblée Générale a permis des échanges entre adhérents, élus, membres du CA LGVEA... qui ont enrichis la réflexion avant le passage au vote sur les propositions de modalités de recours juridiques.

On aura en particulier apprécié le soutien renouvelé à notre association du président de la Communauté de Communes de Montesquieu, Christian Tamarelle, reflétant la résistance au GPSO exprimée par de nombreuses communes de la CCM depuis les débats publics de 2005-2006.

De même c'est avec grand intérêt que l'assistance a écouté les propos de Gilles Savary, député de la circonscription, et spécialiste reconnu du monde ferroviaire français et européen.

Des élus nous apportent leur soutien

Des élus nous apportent leur soutien

Le député Savary nous donne son analyse du système LGV/TGV

Le député Savary nous donne son analyse du système LGV/TGV

Une partie du public attentif à notre présentation

Une partie du public attentif à notre présentation

Notre assemblée générale, conclue par le vote des adhérents, accorde une très large majorité aux propositions de recours du Conseil d'Administration.

Le président de LGVEA reçoit donc ainsi l'autorisation d'ester en justice avec l'assistance d'un cabinet d'avocats parisien qu'il doit rencontrer le lendemain 12 janvier.

Cette AG a eu un écho dans la presse régionale et l'on pourra consulter ci-dessous l'article d'Elisa Artigue-Cazcarra paru dans l'édition Sud-Gironde de SUD-OUEST du 14 janvier 2016.

Nous ne manquerons pas de revenir sur ces dossiers de recours dans les prochaines semaines.

Pour LGVEA          Le Président         Jean-Robert Thomas

SUD-OUEST Edition Sud-Gironde 14 janvier 2016

SUD-OUEST Edition Sud-Gironde 14 janvier 2016

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 13:46

Sud-Ouest dans son édition du 8 janvier 2016 sous la plume de Philippe Brassié indiquait que « les anti-LGV reprennent la lutte ».

Pour plus de clarté on aurait du lire « nous poursuivons la lutte ».

Car pour LGVEA la lutte a commencé il y a déjà 5 ans depuis la constitution de notre association et nous entendons la poursuivre tant que les procédures légales nous le permettent.

Notre assemblée générale extraordinaire du lundi 11 janvier 2016 (18h30 salle des fêtes de Saint Médard d’Eyrans – 33650) verra sans doute un grand nombre d’adhérents et de sympathisants venir s’informer des derniers rebondissements dans le dossier du GPSO.

D’ores et déjà nous entendons proposer à nos adhérents de lancer des recours contre les DUP concernant les deux sous-projets du GPSO, à savoir les aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux (AFSB) et au nord de Toulouse (AFNT) qui ont reçu récemment l’accord des pouvoirs publics par les publications de Déclarations d’ Utilité Publique (DUP).

Si la presse nous taxe souvent « d’anti LGV » il faut se rappeler que nous sommes effectivement contre ces Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII) mais que nous sommes tout à fait favorables à l’amélioration et à la rénovation des voies ferrées existantes qui sont le socle du transport ferré au quotidien pour l’immense majorité des citoyens/usagers.

A suivre….

 

Nous poursuivons la lutte… !
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 17:36

Deuxième Déclaration d’Utilité Publique (DUP) publiée ce jour au Registre des Actes Administratifs de la préfecture de Haute-Garonne dans le dossier ferroviaire GPSO.

Après la DUP sur les aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux (AFSB) parue le 4 décembre dernier (cf. lien ci-dessous), l’Etat vient d’accorder un blanc-seing à SNCF Réseau (ex RFF) pour l’aménagement ferroviaire au nord de Toulouse (AFNT entre Saint-Jory et Toulouse) qui avait reçu pourtant un avis défavorable de la part de la Commission d’Enquête Publiques (avis rendu le 26 février 2015 –cf. lien ci-dessous).

 

Le préfet de la Haute-Garonne vient de signer le 4 janvier 2016 la DUP pour les AFNT qui vient d’être publiée au Registre des Actes Administratifs (cf. lien ci-dessous).

 

Cette décision entérine le passage en force de l’Etat et des thuriféraires du projet GPSO.

Par cet acte ils font fi des milliers d’avis contraires émis par les citoyens lors de

L’Enquête d’Utilité Publique.

De plus ils ne tiennent pas compte de l’avis défavorable donné par la Commission d’Enquête dans une quête frénétique pour des infrastructures qui ne sont pas d’Utilité Publique.

Notre association, comme tant d’autres en Aquitaine et Midi-Pyrénées, dénonce ce nouveau déni de démocratie.

Nous n’entendons pas en rester là !

Nous lutterons tous dans le milieu associatif pour faire entendre la voix des habitants, des citoyens, des contribuables et des élus locaux qui refusent depuis plus de 10 ans ces infrastructures dédiées à la grande vitesse et au projet global de LGV du GPSO.

Ne nous laissons pas berner par les mirages techniques mis en avant par SNCF Réseau (ex RFF) et ses supporteurs-quelques grands élus régionaux-confits dans le mythe technologique de la grande vitesse ferroviaire à tout prix.

Pour près de 1, 5 milliards d’euros ils entendent dévaster les sillons ferroviaires au sud de Bordeaux et au nord de Toulouse, alors que ces projets n’ont d’autre but que de permettre aux TGV de demain de foncer à 320 km/h sur des LGV dédiées aux « métropoles » toulousaine et bordelaise.

Quel avenir pour les riverains impactés, expropriés ?

Quel environnement pour ceux qui resteront auprès des voies nouvelles et de leur cortège de nuisances ?

Quel avantage pourraient en avoir les centaines de milliers d’habitants des hinterlands entre Bordeaux et Toulouse, eux qui vivent et travaillent autour des petites  villes (Langon, Agen, Montauban…) et qui verront passer des bolides ferroviaires à 320 km/h ?

Les leçons de l’expérience en train d’être vécue par nos concitoyens et élus locaux sur la LGV Tours-Bordeaux ne semblent pas atteindre nos oligarques.

L’heure est à la mobilisation de tous pour nous faire entendre d’eux.

 

Notre assemblée générale extraordinaire du lundi 11 janvier 2016 (18h30 salle des fêtes de Saint Médard d’Eyrans -33650) sera majeure pour donner la parole aux adhérents et sympathisants qui veulent nous soutenir dans ce combat démocratique.

 

Nous vous attendons nombreux !

Pour LGVEA  Le Président Jean-Robert Thomas

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 21:42
Appel à l'Assemblée Générale Extraordinaire de LGVEA

 

Appel aux  adhérents et sympathisants pour

L’Assemblée Générale extraordinaire de l’Association LGVEA

 

Lundi 11 janvier 2016 - 18h30

Salle des Fêtes de Saint Médard d’Eyrans - 33650

 

Le Conseil d’Administration de LGVEA invite ses adhérents et sympathisants à participer à l’Assemblée Générale Extraordinaire qui aura lieu le lundi 11 janvier 2016.

Face aux projets d’aménagements ferroviaires et de lignes ferroviaires à grande vitesse du GPSO[1] le Conseil d’Administration propose à ses adhérents un engagement dans des recours juridiques.

Ceux-ci doivent contrer les déclarations d’utilité publiques émises sur les AFSB[2] et AFNT[3] et celle qui pourrait être publiée sur les lignes nouvelles à grande vitesse (LN) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax.

Nous contestons tous depuis des années le qualificatif « d’utilité publique » de telles infrastructures qui sont autant de dénis de démocratie et d’atteintes aux biens et à l’environnement des habitants de nos territoires.

Après des milliers de contributions citoyennes déposées contre ces projets du GPSO lors des enquêtes d’utilité publiques menées fin 2014 nous assistons aujourd’hui à un passage en force de l’administration et de l’Etat soutenus par quelques grands élus ancrés dans les mythes technocratiques du siècle dernier.

Avec d’autres associations du Lot et Garonne et du Tarn et Garonne, et comptant sur l’appui des élus locaux, nous comptons poursuivre la lutte engagée et nous porter recours devant le tribunal administratif (cas AFSB ou AFNT) ou le Conseil d’Etat (cas LN) pour contrecarrer ces projets inutiles imposés par quelques grands élus au mépris des habitants et des élus locaux.

Nous vous donnerons lors de cette AG toutes les informations souhaitées pour éclairer nos propositions d’action et votre choix factuel.

Nous exposerons en particulier les conditions juridiques afférentes au recours que nous envisageons d’engager avec nos avocats, ainsi que les arguments principaux qui nous font vous proposer ce recours (coût des projets AFSB et LN, atteintes aux territoires et à l’environnement, conséquences pour les particuliers – expropriations, nuisances…

 

Votre présence à l’Assemblée Générale extraordinaire du 11 janvier 2016 est fortement souhaitée par le Conseil d’Administration de LGVEA.

Nous vous attendons nombreux.

 

 

 

[1] GPSO : Grand Projet du Sud-Ouest

[2] AFSB : aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux

[3] AFNT : aménagements ferroviaires au nord de Toulouse

Appel à l'Assemblée Générale Extraordinaire de LGVEA
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 09:40

Le premier tour des Régionales 2015 pour la grande région Aquitaine, Poitou-Charentes, Limousin vient de s'achever avec un léger avantage pour le président sortant Alain Rousset.

Ce dernier, comme à son habitude entend ramasser la mise au deuxième tour en siphonnant les voix de gauche et les voix écologiques qui se sont exprimées, trop faiblement, au premier tour.

Dans ce cadre il renouvelle la tactique employée en 2010: promettre, sans garantie, d'être attentif aux problématiques exprimées par les partis (EELV & FG) pour faire main basse sur les électeurs (pas tous...) de ces derniers et s'assurer ainsi la victoire au deuxième tour.

Hélas ce scénario est connu puisque déjà appliqué en 2010.

Cinq ans plus tard que reste-t-il des belles promesses données à EELV?

Rien. Rousset a dirigé la Région en autocrate et a poussé (avec, comble de la manipulation, la complicité d'élus de droite comme Alain Juppé!) à la construction des LGV sur Tours-Bordeaux, et demain celles sur Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax.

D'ailleurs il ne s'en cache même pas tout en se réjouissant d'un "accord" avec F. Coutant au lendemain du premier tour:"On parlait plus haut de la LGV au sud de Bordeaux, elle a évidemment été au cœur de la négociation. Françoise Coutant reste contre et Alain Rousset pour. « Je continuerai de me battre pour qu'elle existe », dit-il.".

On pourra apprécier l'embrouille dans les colonnes de Sud-Ouest de l'édition du 8 décembre consultable ci-dessus.

Autre preuve d'un machiavélisme politique cher à Rousset: sa façon de donner du lest à son adversaire (partenaire?) sans que cela  lui en coûte:"Le président sortant accepte en revanche de renoncer à ce que la Région mette le moindre centime dans le chantier (les LGV du GPSO -ndlr) ce qui n'a pas manqué d'inquiéter l'actuel patron du Limousin, Gérard Vandenbroucke, qu'il a fallu rassurer".

Il faut savoir que depuis le renforcement législatif de la loi NOTRe la compétence générale pour les collectivités territoriales(Région, Département...) a été annulée, ce qui permettait avant à celles-ci de financer les infrastructures comme les LGV.

Bravo l'artiste prestidigitageur et dommage pour le citoyen électeur!!

Mesdames, Messieurs les élus qui allaient (peut être) siéger autour d'Alain Rousset rappelez-vous que demain vous serez face à vos électeurs du premier tour.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 08:36

Nous ouvrons aujourd'hui nos colonnes à Claude Semin, membre de la Coordination 47 qui rassemble plusieurs associations en Lot et Garonne luttant pour l'aménagement des voies ferrées existantes et contre les LGV.

Nous sommes en phase avec les propos et les questions posées par C. Semin.

Nous pensons que vous y serez sensibles aussi.

Bonne lecture.

Cordialement

Pour LGVEA Le Président Jean-Robert Thomas

La rentabilité des LGV Tours Bordeaux et Bordeaux Toulouse ou les propos de M.Barentin Confiseur remis aux goûts du jour.

 

Tous les médias font état du refus des banques d’honorer l’échéance de novembre de LISEA pour  le projet de LGV Bordeaux -Paris car le projet ne serait pas rentable s’il n’y avait pas, au moins, 19 liaisons par jour. La SNCF refuse d’augmenter le nombre de liaisons  car au delà de 12/13 par jour, la ligne n’est pas rentable et aussi, de réduire le nombre d’arrêts intermédiaires car à chaque arrêt, la facture augmente.

Cela n’est pas une surprise, car tous les projets de LGV  sont sous évalués et les fréquentations sur estimées pour les faire accepter.  LISEA cherche donc à se couvrir car il a négocié sur des montants qui subissent des dépassements énormes. Ainsi pour Tours Bordeaux, les couts ne sont pas de 7,8 Milliards €, mais 9 et peut être 10 milliards comme dit M.Pepy. On comprend l’inquiétude de LISEA et ses banquiers qui doivent en financer 50% . Mais pour l’exploitant, avec un tel coût de péages, le prix du billet va exploser et la fréquentation, donc, s’affaiblir.

Mais, au travers de la pression des banquiers sur la SNCF, ne vise t on pas l’Etat pour qu’il prenne en compte ou garantisse les dépassements ? Si les Banques ne financent plus c’est qu’elles ne croient plus en la garantie de l’Etat. Dès lors, on ne voit plus tellement comment l’endettement de Lisea serait couvert. Vivra-t-on un nouveau Perpignan Figueras où le Lisea local a du déposer son bilan?

Mais de cela, nos grands élus ne s’en soucient guère car, pour eux, in fine l’Etat paiera,

Donc, pas de souci, car la non rentabilité de Tours Bordeaux sera compensée  par l’apport de Bordeaux Toulouse. Mais le problème est que la rentabilité de Bordeaux Toulouse est encore pis et ne fera qu’agrandir, encore, le déficit de la SNCF, cela M.Pepy le sait. La LGV Bordeaux Toulouse, c’est le même coût que Tours Bordeaux, mais 40% plus courte et une fréquentation 2 fois moindre que celle prévue.

Mais ceci n’a pas d’importance car on ne le découvrira qu’après la construction de la ligne et… les élections ! Si un accord de financement est trouvé toutefois.

Donc les propos de M.Barentin confiseur selon Auguste Dutoeuf sont encore bien d’actualité : «On perd sur chaque article mais on se rattrape sur la quantité » disait-il ! Il y a beaucoup de Barentin dans nos contrées.

 

PS : Heureusement, l’alternative entre Bordeaux et Toulouse est possible maintenant, dit enfin RFF, pour 3 fois moins cher et 10 à 15 minutes de plus. Alors ?

 

                                               Claude Semin Coordination 47

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation De L'association

  • lgvea.over-blog.com
  • Association environnementale pour la défense des territoires en Arruan.

LGVEA en réunions publiques

Notre association s'est fixé dans ses objectifs d'être source d'information et de réflexion sur les problèmes environnementaux en général, et sur le projet de LGV en particulier, dans nos territoires.

A cet effet il nous semble important de mettre à votre disposition les présentations publiques que nous sommes amenés à faire lors de réunions publiques. Ainsi nous débutons cette rubrique en proposant la consultation de la présentation faite le 8 juillet à Saint Médard d'Eyrans à l'occasion de l'Assemblée Constituante de notre association.

Bon visionnage. J.R . Thomas

 

Cliquer ici:

 http://sd-2.archive-host.com/membres/up/8889538985686605/reunionspubliques/Module_presentation_AG_constituante_V2.ppt

 

Recherche

Nos statuts - Adhésion

Vous pouvez prendre connaissance de nos statuts en cliquant sur le lien suivant

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/8889538985686605/Docs_LGVEA/STATUTS_de_LGVEA-_projet_assemblee_constituante.doc.

 

Vous pouvez adhérer à notre association en complétant le formulaire ci joint. Cliquer ici http://sd-2.archive-host.com/membres/up/8889538985686605/Docs_LGVEA/BULLETIN_ADHESION.doc.

Merci de renvoyer formulaire complété et chèque libellé au profit de L.G.V.E.A à l'adresse du siège social: 2, avenue du 8 mai -33650 - Saint Médard d'Eyrans.

Important: donner si possible une adresse email pour recevoir régulièrement  les nouvelles et informations de LGVEA.

 

Catégories