Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 06:28

Pas un jour ne passe sans que le réseau ferré français montre son délabrement.

C’est dans la région francilienne que se concentrent ces jours-ci pannes, incidents, arrêts de trafics…

La rubrique « économie et entreprise » du quotidien Le Monde rapporte le 8 décembre sous la plume d’Eric Béziat, le constat unanime d’un réseau au bord de l’asphyxie  que commente Stéphane Beaudet, maire LR de Courcourones, par cette sentence : « Le réseau est complètement obsolète. Voilà le résultat quand on choisit de financer pendant des années des TGV vides ».

Le sous investissement chronique de l’Etat dans la rénovation et la modernisation du réseau ferré trouve là une de ses raisons majeures.

 

Eric Béziat précise que le seul réseau francilien réclame 800 millions à 1 milliard d’euros par an alors que SNCF n’injecte que 620 millions d’euros pour l’Ile-de-France en 2016. Si ce budget devrait atteindre 800 millions d’euros en 2017 on peut se poser la question du financement de cet effort indispensable. Qui va payer ? L’Etat via l’AFITF ?

Le budget de l’AFITF ,pour tous les secteurs des transports (route, rail, fluvial, portuaire), semble totalement inadapté puisqu’il plafonne à environ 1,9 milliards (AE + CP) en 2016 pour l’ensemble du ferroviaire.

 

 

Le rail français, vieillard asphyxié

Comment dés lors envisager la rénovation et modernisation des 30 000 km de lignes ferroviaires sur tout le territoire métropolitain alors qu’une part importante du budget de l’AFITF est capté depuis des années par le développement incessant du réseau LGV ?

Cela est d’autant plus critique que tout le secteur ferroviaire est déficient.

Si les médias pointent souvent les incidents, et accidents parfois, qui affectent le transport voyageurs (RER, TER, Intercités…) le fret ferroviaire n’est pas épargné par une hémorragie de son trafic depuis des années.

Aujourd’hui encore (voir l’article de Philippe Jacqué dans Le Monde du 9-12-2016) le fret ferroviaire accuse son recul permanent.

On y apprend qu’Euro Cargo Rail, la division française de la Deutsche Bahn spécialisée dans le fret ferroviaire annonce un plan social de 300 postes dans l’Hexagone son bilan depuis 2013 montrant un déficit cumulé de 63 millions d’euros.

Le constat est alarmant. Les exploitants privés et publics du fret ferroviaire sont aux abois et « aucune société de fret ferroviaire ne gagne aujourd’hui d’argent en France ». P. Jacqué écrit comme une extrême-onction : «Cela a des conséquences fatales. En avril, Combiwest, une société bretonne de fret ferroviaire agricole, a mis la clé sous la porte. La filiale d’Eurotunnel, Europorte, lutte pour être à l’équilibre. Quant à Fret SNCF, l’ancien monopole public, il ne relève toujours pas la tête. Sonné par l’ouverture du marché en 2006, il n’a jamais connu autre chose que des pertes depuis dix ans, ce qui explique deux tiers de la dette actuelle de SNCF Mobilité – qui culmine à plus de 7 milliards d’euros. En 2016, la société publique prévoit encore de perdre 120 millions d’euros, contre une prévision initiale de 50 millions d’euros de déficit ! Et ses effectifs fondent toujours comme neige au soleil ».

Le temps  béni du rail français est bien terminé et l’opérateur historique SNCF met un genou à terre avec un endettement qui dépasse 45 milliards d’euros.

La loi de réforme ferroviaire de 2014 tarde à prendre toute sa place dans la stratégie économique de SNCF. Ces jours-ci on attend avec impatience sa traduction sous forme d’un décret  dit « règle d’or ».

On donnera un écho particulier à ce dossier majeur en discussion au sein de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ARAFER) dans un prochain article sur notre blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by lgvea.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation De L'association

  • lgvea.over-blog.com
  • Association environnementale pour la défense des territoires en Arruan.

LGVEA en réunions publiques

Notre association s'est fixé dans ses objectifs d'être source d'information et de réflexion sur les problèmes environnementaux en général, et sur le projet de LGV en particulier, dans nos territoires.

A cet effet il nous semble important de mettre à votre disposition les présentations publiques que nous sommes amenés à faire lors de réunions publiques. Ainsi nous débutons cette rubrique en proposant la consultation de la présentation faite le 8 juillet à Saint Médard d'Eyrans à l'occasion de l'Assemblée Constituante de notre association.

Bon visionnage. J.R . Thomas

 

Cliquer ici:

 http://sd-2.archive-host.com/membres/up/8889538985686605/reunionspubliques/Module_presentation_AG_constituante_V2.ppt

 

Recherche

Nos statuts - Adhésion

Vous pouvez prendre connaissance de nos statuts en cliquant sur le lien suivant

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/8889538985686605/Docs_LGVEA/STATUTS_de_LGVEA-_projet_assemblee_constituante.doc.

 

Vous pouvez adhérer à notre association en complétant le formulaire ci joint. Cliquer ici http://sd-2.archive-host.com/membres/up/8889538985686605/Docs_LGVEA/BULLETIN_ADHESION.doc.

Merci de renvoyer formulaire complété et chèque libellé au profit de L.G.V.E.A à l'adresse du siège social: 2, avenue du 8 mai -33650 - Saint Médard d'Eyrans.

Important: donner si possible une adresse email pour recevoir régulièrement  les nouvelles et informations de LGVEA.

 

Catégories