Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 17:22

La voix est libre ?

La diffusion ce samedi 17 janvier sur France3 Aquitaine de l’émission « La voix est libre » appelle de nombreuses questions.

Disons tout d’abord que l’on peut s’interroger sur le titre « La voix est libre ».

Si cette appellation avait un sens on aurait imaginé que la voix serait donnée de manière équitable, démocratique et libre aux différents courants et opinions qui s’expriment depuis des années sur un sujet majeur sur le plan national et régional : la construction de lignes à grande vitesse ferroviaires (LGV).

Or que constate-t-on au visionnage de cette émission ?

Le débat est tronqué et on aurait pensé qu’une émission thématique de 52 minutes aurait abordé les différents volets d’un projet comme la LGV.

Il n’en est rien. On nous présente cette infrastructure comme un facteur de développement régional alors que l’on occulte fortement les aspects économiques et financiers qui viennent à l’envers d’un optimisme béat de certains thuriféraires de cette infrastructure.

Alain Rousset et Dominique Bussereau, dans un tandem digne du Muppet’s Show réfutent, par leur dogmatisme, les lanceurs d’alertes associatifs relayés depuis quelque temps maintenant par des institutionnels comme le Conseil d’Etat ou la Cour des Comptes. Ils vont jusqu’à dire que cette dernière se trompe, et souvent, en dénonçant une politique du tout TGV dans son dernier rapport sur les infrastructures ferroviaires.

Nous n’étions pas habitués à entendre de telles critiques désinvoltes de cette institution par des élus prétendument « responsables ». Philippe Séguin en son temps, Didier Migaud aujourd’hui, ne semblent pas être de doux rêveurs dans le domaine économique et financier.

Si Jérôme Vilain et Franck Omer, co-présentateurs de l’émission, abordent quelque peu le coût de la LGV Tours-Bordeaux, Dominique Bussereau se félicite que cette infrastructure ait pu voir le jour même avec près de 4 milliards d’euros d’argent public collecté (extorqué ?) à des collectivités comme La Rochelle (non desservie) et de nombreuses collectivités dans le grand sud de Bordeaux (Landes, Pyrénées Atlantique, Gers, Pau…) qui voient aujourd’hui les promesses remises en cause avec un GPSO prioritaire pour Bordeaux-Toulouse et limité à Dax sur sa branche Bordeaux-Espagne. Il imagine aussi, et on se pince en l’écoutant, que la SNCF se devrait d’aménager des liaisons TGV venant de la LGV pour desservir la Rochelle, Royan… !

Jean-François Macaire, actuel président socialiste de Poitou-Charentes, regrette les décisions antérieures de l’ancien gouvernement (où siégeait D. Bussereau) quant à la fixation des coûts de péages sur la LGV Tours-Bordeaux qui vont grever l’attractivité du TGV en Poitou-Charentes.

Alain Claeys, député PS, croit toujours au maintien des différentes dessertes (au nombre de 33) Paris Poitiers aux dires de la direction voyages de SNCF… L’avenir viendra confirmer ou infirmer des promesses qui n’engagent que ceux qui les écoutent. Rappelons-nous des promesses faites à d’autres élus dans les régions Rhône-Alpes ou Lorraine sur le maintien de dessertes ferroviaires qui ont été annulées après mise en service des TGV sur LGV.

C’est d’ailleurs un risque bien réel pour le représentant de la CGT interviewé, Joël Vignerie. S’il ne peut dénoncer des projets ferroviaires à grande vitesse représentant « le métier et l’emploi pour les cheminots[1] », il ne partage pas l’optimisme d’Alain Claeys, et pointe des péages LGV qui vont être sur Tours-Bordeaux deux à trois fois supérieurs à ceux actuels.

Tout cela déconnecté des impératifs économiques majeurs et incontournables pour la holding SNCF qui regroupe maintenant SNCF réseau (ex RFF) et SNCF mobilités.

Car l’équilibre financier et la rentabilité de la holding résultera d’une conduite économique resserrée qui, aux dires des plus hauts responsables de l’Etat et de Guillaume Pépy, devrait donner la priorité à la rénovation du réseau existant.

Les accidents de Brétigny et Denguin donnent la mesure de l’urgence de cette rénovation.

Comment dans ce contexte suivre les élucubrations et les utopies des élus comme A. Rousset et D. Bussereau, Courbu (président de la CCI Aquitaine), Broucaret (FNAUT Aquitaine)… tous pour une LGV qui serait indispensable aux citoyens/usagers et résoudrait les problèmes de trafic routier poids lourd, renforcerait le trafic TER, innerverait les territoires, assécherait le trafic aérien si polluant, rendrait l’Aquitaine, et demain la nouvelle région Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin, une puissance économique sans égale…

De même comment croire au mirage de la LGV dans un projet comme Euratlantique quand on entend son directeur, Stéphane de Faye, vanter les travaux engagés sur 750 hectares dans l’agglomération bordelaise mais où, comme le montre le déplacement de la Caisse d’Epargne de Mériadeck à Euratlantique, on doit s’attendre à bien des transferts inter agglo plutôt qu’à une arrivée massive d’entreprises ou d’administrations dans celle-ci. Il dit lui-même « qu’il n’y a pas un effet LGV automatique » dans le développement d’Euratlantique. De plus il faudra là aussi se poser la question du bilan global pour la France car le seul déplacement des forces économiques sur le territoire national (Axa, Orange, Terres Lointaines…) n’a jamais constitué un « gain absolu » pour l’économie nationale.

Le mirage technocratique des années soixante est toujours là… mais nous sommes en 2015, après la crise de 2007-2008, dans une récession sans précédent, avec un réseau ferré dégradé, sous l’emprise d’un danger terroriste qui nécessite une réorientation budgétaire vers la défense, la police, l’éducation…

Les responsables entendus dans ce reportage semblent ignorer, ou ne pas vouloir entendre, ces alertes.

Seules quelques voix se sont fait entendre, pendant les quelques dizaines de secondes octroyées par les journalistes de FR3, pour marquer leur désapprobation quant aux LGV et à leur extension sans limite.

Gilles Savary rappela son doute sur la faisabilité de ce projet « à la française » qu’il qualifie « de projet de dupe ». Pour un élu partisan de la LGV en 2010, mais qui reconnaît avoir dans les dernières années su mesurer l’erreur de vision à long terme dans le système ferroviaire français[2], on ne peut croire au seul lobby électoral des citoyens de sa circonscription avancé de manière pernicieuse par Alain Rousset, pour réfuter son argumentaire.

Guillaume Pépy pour sa part évoque le fait que « l’on a assez construit de LGV » et Didier Miguaud, président de la Cour des Comptes, préconise la rénovation des lignes existantes à des coûts bien moindres que la construction des LGV (2 millions/km au lieu de 30 millions/km).

Pour notre association (LGVEA) on nous a concédé quelques images pour décrire le désastre environnemental dans la vallée du Gât-Mort, aux abords du Château Le Tuquet, et l’impact irrémédiable de la LGV sur les multiples zones Natura 2000 en Aquitaine. Rien n’a été retenu des longues minutes d’interview réalisées par l’équipe FR3 le 6 janvier dernier, où nous dénoncions les impacts environnementaux majeurs pour nos territoires, mais aussi les aberrations techniques, économiques et financières d’un GPSO évalué à prés de 10 milliards d’euros aujourd’hui.

Marc Fressoz évoquait d’ailleurs « la schizophrénie » des grands élus « qui ne s’occupent pas de la compatibilité des projets LGV » dans le contexte économique et financier français désastreux.

Nous devrons certainement nous en souvenir quand nous serons appelés à voter pour les Conseils régionaux fin 2015…

En résumé nous ne pouvons que déplorer une émission FR3 totalement déséquilibrée et partisane loin d’une éthique journalistique qui voudrait donner équitablement la parole aux différents argumentaires dans ce dossier LGV.

Nous savions que les médias locaux (Sud-Ouest, La Dépêche…) étaient peu enclins à donner la parole aux très nombreux citoyens qui, individuellement ou au sein d’associations, luttent depuis des années pour que le bon sens et la raison l’emportent en faveur d’une réelle utilité publique.

Nous venons d’être une nouvelle fois déçus par une presse qui semble être gagnée par le suivisme.

Cela nous attriste d’autant plus en cette période où la liberté et l’indépendance de la presse sont autant plébiscitées par des millions de français.

Pour LGVEA

Le Président Jean-Robert THOMAS

17 janvier 2015

[1] On relève là les sacro-saints principes enseignés dans l’entreprise et leur déclinaison par les syndicats. On pourrait rappeler à Joël Vignerie que les multiples chantiers de LGV débutés dans les années 80 n’ont pas empêché, bien au contraire, le déclin de l’emploi à la SNCF, la fermeture ou la saignée dans de nombreux centres comme celui d’Hourcade, l’abandon de la rénovation du réseau, la concurrence sauvage… Un financement public recentré sur la nouvelle holding SNCF, avec une priorité pour la rénovation des voies, le redressement du fret… serait certainement bien plus profitable pour l’emploi, notamment local, que les largesses faites à des majors du BTP (Bouygues, Vinci…) faisant appel à de la main d’œuvre spécifique et bien souvent internationalisée.

[2] Il faut savoir que Gilles Savary a été responsable dans des fonctions importantes sur les dossiers ferroviaires, tant au niveau européen que national comme député européen et vice-président de la commission transports, député à l’assemblée nationale, rapporteur de la loi de réforme ferroviaire, président d’une commission des Assises du ferroviaire…

Partager cet article

Repost 0
Published by lgvea.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Michel 19/01/2015 18:53

Merci Jean-Robert pour ce "costume taillé sur mesure " - en cette époque de soldes au juste prix...
En effet, pour avoir bien visionné cette émission, dans des horaires décalés par rapport à l'annonce, j'ai pu constater, si besoin était, le "partisananisme" de la presse dans ce dossier LGV.
Alors que beaucoup de Françaises et de Français, d'opinions très variés tant sur le plan politique que religieux et d'origines multiples, viennent de manifester pour la liberté de la presse en France et dans le monde, nous constatons que certains journalistes "frileux" ou désireux de ne pas se mettre à dos les élus ne rapportent pas l'ensemble des propos ou contradictions dans des affaires aussi explosives que la LGV et le GPSO.
Comment peut-on dans ce style de dossier ne pas mettre au grand jour l'ensemble des problèmatiques?
Comment ne pas porter à la connaissance de tous les motifs des personnes, nombreuses, qui contestent l'utilité de tels projets et leurs engagements financiers, les atteintes à l'environnement, leur marche en avant vers une désertication de nos zones rurales etc...sans véritable garantie de création d'emplois de longue durée, d'implantations d'industries pérennes.
Nos élus ( grands par la taille sous la toise mais pas par leur talent ) tel dixit Mr ROUSSET, je cite : " Imaginer les grand-parents qui vont voir leurs enfants et petit-enfants à PARIS, ils vont gagner 1 heure...
En apparence, le grand-père n'est plus de ce monde, puisque samedi il ne parlait plus que de la grand-mère...
Devant, un tel discours difficile de croire qu'il veuille faire vivre notre région. Pour ma part, je pense qu'il veut plutôt la faire passer de vie à trépas tout comme notre pouvoir d'achat qui va en prendre un sacré coup si par le plus grand des malheurs les commissaires enquêteurs donnaient un avis favorable.
Si cela n'est pas mis en oeuvre de suite, c'est nos enfants qui paierons la facture salée de ce projet démagogue et inutile..
A méditer et à garder en mémoire pour les prochaines échéances électorales.

Nous sommes tous tout de même CHARLIE.

Présentation De L'association

  • lgvea.over-blog.com
  • Association environnementale pour la défense des territoires en Arruan.

LGVEA en réunions publiques

Notre association s'est fixé dans ses objectifs d'être source d'information et de réflexion sur les problèmes environnementaux en général, et sur le projet de LGV en particulier, dans nos territoires.

A cet effet il nous semble important de mettre à votre disposition les présentations publiques que nous sommes amenés à faire lors de réunions publiques. Ainsi nous débutons cette rubrique en proposant la consultation de la présentation faite le 8 juillet à Saint Médard d'Eyrans à l'occasion de l'Assemblée Constituante de notre association.

Bon visionnage. J.R . Thomas

 

Cliquer ici:

 http://sd-2.archive-host.com/membres/up/8889538985686605/reunionspubliques/Module_presentation_AG_constituante_V2.ppt

 

Recherche

Nos statuts - Adhésion

Vous pouvez prendre connaissance de nos statuts en cliquant sur le lien suivant

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/8889538985686605/Docs_LGVEA/STATUTS_de_LGVEA-_projet_assemblee_constituante.doc.

 

Vous pouvez adhérer à notre association en complétant le formulaire ci joint. Cliquer ici http://sd-2.archive-host.com/membres/up/8889538985686605/Docs_LGVEA/BULLETIN_ADHESION.doc.

Merci de renvoyer formulaire complété et chèque libellé au profit de L.G.V.E.A à l'adresse du siège social: 2, avenue du 8 mai -33650 - Saint Médard d'Eyrans.

Important: donner si possible une adresse email pour recevoir régulièrement  les nouvelles et informations de LGVEA.

 

Catégories